top of page

la beauté de l'éphémère

MONO NO

AWARE

" En choisissant ce titre Mono No Aware, l'enjeu aura été pour Marie-France Chevalier et Christophe Chéron de retranscrire en peinture ou photographie, ces empreintes du temps, cet état indéfinissable que la langue française traduit par la notion d'éphémère... "

Capture d’écran 2022-09-20 à 12.00.13.png

Mono no Aware, Ukiyo
Ou les apparences du temps


 

En résonance avec la biennale d’art contemporain 2022

dont le thème central est un « manifeste de la fragilité »,

la galerie l’Œil Ecoute s’est engagée dans une large réflexion sur ce thème.Comment les artistes contemporains

peuvent-ils traduire la fragilité ? Que représente-t-elle

pour eux ? Quelles évocations ?

Dans ce contexte, la galerie présente dès le mois

de septembre, l’exposition Mono no Aware ou

les Apparences du temps

avec Marie-France Chevalier et Christophe Chéron,

ainsique la participation de Muriel Carrupt.






 



l’artiste Marie-France Chevalier et le photographe Christophe Chéron se connaissent depuis de nombreuses années. Ils ont l’habitude de travailler ensemble sur des projets et la sensibilité de l’une s’accorde pleinement avec celle de l’autre. Aussi, dans le cadre des thèmes proposés à l’automne 2022, que ce soit par la biennale d’art contemporain de Lyon - Le manifeste de la fragilité  ou encore en résonance avec l’exposition - A la mort à la vie, Vanités d’hier et d’aujourd’hui - du musée des Beaux-Arts de Lyon, ont-ils donné corps à un projet commun.

L’idée était de développer à partir de l’exploration de l’univers végétal indispensable à l’équilibre et la recherche de Marie-France, une continuité entre œuvres sur papier et photo, un fil rouge, fil conducteur, qui permette de relier les œuvres entre elles.
Depuis 2017, Marie-France et Christophe ont entrepris de travailler ensemble autour du thème des saisons. Il s’agit de recomposer à partir de photos de Christophe, constituant le point d’ancrage du travail de Marie-France, des œuvres de papier. Un travail à quatre mains.

Elle se ciele jusque dans

sa racine

_DSC7317-web copie_edited_edited.jpg
_DSC7246.jpg

Chevelure ébouriffée

éparpillée dans les veines invisibles de la terre

Le jardin se clandestine

Frisonne d'aise - de liberté -

Les toiles des morceaux de pétales

Débordent de l'iris

Ouvert sur nos ombres

Les retourner de lumière

Lepo-A5-27-WEB.jpg

Ma respiration se minimalise

je suis graine

apparences du temps

1/ empreintes:

iris---2panneaux-web.jpg
Capture d’écran 2022-09-20 à 16.31.13.png
Capture d’écran 2022-09-20 à 16.53_edite
peintures, 2022
iris - 2panneaux -1.jpg
iris - 2 panneaux -2.2.jpg
iris bleu-2W.jpg
Capture d’écran 2022-09-20 à 17.42_edite
Capture d’écran 2022-09-20 à 17.31.13.png
Capture d’écran 2022-09-20 à 17.29.06.png

apparences du temps

2/ vanités:

Capture d’écran 2022-09-20 à 17.56.04.png
©Chevalier-Cranes - 22x22cm-05-WEB.jpg
©Chevalier-Cranes - 22x22cm-03-WEB.jpg
©Chevalier-Cranes - 22x22cm-01-WEB.jpg
Capture d’écran 2022-09-20 à 18.17.14.png
tournesol-1-Web.jpg

Le lien avec les thèmes évoqués plus haut, thèmes qui s’inscrivent dans le contexte actuel incertain, éphémère, vaniteux ... se traduirait alors par la mise en scène de vanités végétales, vanités permanentes du temps de Marie-France, de monotypes, de peintures, dessins, en s’appuyant sur les traces végétales, l’intemporalité des saisons, l'univers éphémère de cette vie ...
Parallèlement, Marie-France et Christophe réaliseraient un livre d’artiste sous forme de Leporello qui accompagnerait, comme une synthèse de leur travail commun, l’ensemble de l’exposition.

Capture d’écran 2022-09-20 à 18.29.50.png
lepo montage.jpg

apparences du temps

3/ une bibliothèque infinie:

Lepo-A5-03-ouvert-web.jpg
Lepo- herbes_1.jpg
_DSC5916 lepo ok.png
Lepo-A5-26-ouvert-web.jpg
lepo-lupin.png
Lepo-A5-10-ouvert-web.jpg
Lepo-A5-06-ouvert-web.jpg
Lepo-A5-04-ouvert-web.jpg
Capture d’écran 2022-09-20 à 18.20.51.png
LEPO-19-ouvert.jpg
leporello
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.30.20.png
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.38.32.png
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.32.45.png
Lepo-A5-02-ouvert-web.jpg
Lepo-A5-23-ouvert-web.jpg
Lepo-2 copie.jpg
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.25.40.png
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.25.48.png
chemises
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.47.21.png
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.47.31.png
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.47.04.png
Capture d’écran 2022-09-21 à 11.47.13.png

Au cœur poétique du paysage et du regard,
l’éternité d’un fleurissement


Un iris,
et tout le créé justifié ;
Un regard,
et justifiée toute la vie.
François Cheng



        
La dernière exposition de Marie-France Chevalier

à Lyon, à la galerie L’œil écoute, est emblématique de sa démarche d’artiste. Elle m’a transportée au cœur du paysage, dans des terres d’attention, de beauté et de reconnaissance,  qui, dans les temps sombres que nous traversons, est une occasion d’émerveillement. On pourrait même parler d’une aventure d’éveil de par l’alliance parfaite dans ses œuvres entre éléments naturels, rythme et couleurs qui nous mettent dans la vision en nous rendant à une émotion empreinte de bonheur et de nostalgie.  Nous nous rappelons alors que toute sa peinture, si elle donne accès à  la vie comme ouverture des sens, amour et renouveau perpétuel, témoigne aussi des fragilités du vivant, de l’impermanence des choses et des êtres, et par là-même d’une privation.




 



  Le titre de l’exposition, Mono no aware, sorte d’équivalent de notre memento mori, l’illustre, de même que le choix de la part dominante du règne végétal dans les œuvres, fleurs feuilles herbes qui y sont montrées dans toutes leurs déclinaisons et leur éphémère. De natures vives à natures mortes, le temps, thème essentiel chez Marie France Chevalier, est là comme le signe d’une vie dont nous recevons la venue, admirons la floraison, mais occultons trop souvent la fanaison et la finitude. Nous sommes des humains de passage dans un monde où chaque autre règne est aussi destiné à disparaître. Mais avant, nous souffle l’artiste, il faut déplier l’espace de la terre et regarder le ciel et la terre où glissent soleil et lune, brumes et nuages, il faut entendre la mélodie des couleurs, travailler la matière et le sens avec la mémoire des choses et des êtres, en accomplissant le geste d’accueil qui donne accès à une plénitude, même fugace.

 



  Le geste de peindre, comme celui d’écrire, naît d’une nécessité intérieure et du besoin absolu d’un poiein, d’un faire qui marque une façon d’être au monde. Il reconnait le don initial de la vie, le prolonge et le transcende dans le laps du temps singulier qui est le nôtre sur cette terre. Sentir la beauté, en goûter les langages, les formes et les couleurs, n’est pas nié le mal, la douleur ou les vanités du monde mais prendre le chemin d’un mystère. Ce tout qui est aussi le rien, précocement reçu et cultivé depuis sa jeunesse, Marie-France Chevalier le rend dans sa création, en utilisant la matière (terre, eau, poudre, café, plantes, papier, tissus, pigments …), les instruments (crayon, fusain, pinceau, cuter…) et tous les moyens d’expression (dessin, aquarelle, fusain, empreinte, peinture…) qui lui sont donnés dans l’art pour le porter au plus loin...

-

Sylvie FAVRE

Septembre 2022

empreintes du temps

publications:

Capture d’écran 2022-09-21 à 14.19.34.png
©Amaury Wenger
Capture d’écran 2022-09-21 à 14.23_edite

Avec Muriel Carrupt

Cet ensemble de texte est un dialogue visible et invisible entre deux femmes, sœurs de cœur.

-

édition L'Œil écoute

2022 - livre pour l'exposition

format : 21 x 15 cm

118 pages

isbn : 9 78958 158828

en-regard avec

nos partenaires

Capture d’écran 2022-09-22 à 14.56.48.png
Capture d’écran 2022-09-22 à 14.56.55.png
logo résonance fleur 4 - Copie.jpg

en résonance

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn
bottom of page