top of page
_DSC2499c%20copie_edited.jpg
_DSC2499c_edited_edited.jpg

DESSINS

Vercors

2008-2020

cahier et

papiers

marouflés

_MG_5244c.jpg

Des bruits courent dans les hautes herbes
Les marguerites ont tourné la tête
où m'installer

D'un trou de lumière pointe un toit
mon regard retient la douceur d'un parme
une tache carminée
sur la colline     face aux ombres mouvantes
désormais silencieuses
le soleil vernit les feuilles encore humides
au loin         un chemin bleu s'enfuit
et devant la porte
la carnation délicate des pivoines
me trouble et m'invite
odeurs intimes      mouilllées
des terres et des champs
la montagne déploie sa gamme de verts
ses profondeurs de grotte
protectrice     rassurante
loin des luttes       des peurs

je m'installe au fond de moi
à l'écoute de ce qui naît
grave et paisible

Marie Paule Richard, 12 juin 2004

_MG_5277c.jpg
_MG_5258c.jpg
_MG_5252c.jpg
_MG_5257c.jpg
_MG_5264c.jpg
_MG_5246c.jpg
_MG_5260c.jpg
_MG_5241c.jpg
mon%20vercors_edited.jpg

MON VERCORS

un livre,

textes de

Marie Paule Richard

-

autres publications

VERCORS


L'art de MF. Chevalier, art déchiré, âpre, sévère, parfois tragique mais toujours authentique, exprime avant tout la volonté d' être parfaitement humain, en symbiose tout au moins avec la réalité sinon ou le domestique. Ainsi en est-il des paysages, pris sur le vif, qui depuis des années ont su soutenir l’inspiration de l'artiste, paysages des montagnes de son enfance, sans cesse explorés, sans cesse revisités. Le sens de la réalité trouve en eux son expression par le mouvement ; le vent y circule, la lumière s'empare des roches et des escarpements, la beauté jaillit d'une certaine forme de rudesse et de violence qui dit la liberté, l'élan de la vie autant que l' énergie du peintre et son bonheur de créer.

La composition méticuleuse s'organise à partir de quelques lignes de force ou plutôt de quelques plans qui bien vite s’ordonnent en puissants bouillonnements et en temps calmes. On devine les simplifications, les restructurations des formes, on note de généreux bouleversements complétés de détails d'une précision linéaire parfaite. Sans rigidité, la page atteint au monumental par l'organisation des masses, sans déclamation superflue, touchant à la nature même et à la poésie. Le temps semble suspendu, riche de subtilités graves, d’instants de miracles, avec des couleurs animées des éclats du souvenir et lourdes de promesses. Sous le titre mon Vercors, accompagné du texte pathétique de Marie-Paule Richard, l'ouvrage qui vient de paraître constitue l'éloquent exemple que l' art de Marie France Chevalier dans son expression de la nature, harmonieux équilibre entre le monde visible et l'univers intérieur de l'artiste.

André Depraz

affiche-Vercors 2.jpg
affiche Vercors 1.jpg
expositions :
-Galerie Cupillard à Grenoble
-Galerie Le Lutrin à Lyon

DU PAYSAGE EXTERIEUR A LA VISION INTERIEURE

Il est bien âpre ce Vercors-là ! Marie France Chevalier opère le mariage forcé  de l'ombre et de la lumière, du chaud au froid. Ses vues du col de la Bataille ou des petits Goulets, de la Jarjatte ou de Vassieux font cohabiter – non sans conflits délibérés- des tons réfrigérants (vert bleu noir) et d'autres flamboyants ( jaune, orange, rouge, brun). Il y a là un sens de la rudesse, fort évocateur de la nature secrète du Vercors : des  « paysages sans pardon" sur une terre qui «  ne laisse pas de repos" selon les mots du critique Jean Jacques Lerrant.
Profondément attachée  au Vercors par ses ascendances familiales, encore que Romanaise de naissance et lyonnaise d'adoption, Marie France Chevalier s'appuie sur une évocation assez précise de ce massif préalpin, pour déboucher paradoxalement sur une manière de paysage mental : la nature extérieure coïncide ici avec la vision intérieure. Pour y parvenir,  l'artiste combine les techniques : réalisées sur  papier (parfois marouflées) ses peintures amalgament le lavis  le pastel sec, l'encre… et une manière  tout à fait personnelle de grattage ou de griffure du papier , qui donne  du relief  et anime l œuvre – lui conférant une dimension  gestuelle, voire rituelle. Il en résulte,  non sans bonheur,  un certain tumulte de la facture.
Vive, nerveuse, fiévreuse , parfois presque heurtée la touche exprime les désordres d'une nature vibrante et pétrie par le travail du temps. On lit, dans ces tableaux, les failles  les rides, les cicatrices, les plissés, les bourrelets boursoufflés et crevassés d'une montagne, dont la physionomie ne s’est pas forgée sans heurts. Le paysage tourmenté trouve du répondant dans les tourments du pinceau.

Jean louis Roux

article lors de l'exposition en 2004

galerie Cupillard, Grenoble





la peau des murs
le jardin  
vanités (1)

Vercors


 

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn
bottom of page